Vogel Vins

Il n'y a aucun article dans votre panier.

Mon panier

Qté: 0
Total: CHF 0

Produit ajouté à votre panier !

Afficher le panier » Afficher le panier »
Votre sélection :

Bordeaux Primeurs 2019 - par Yves Beck

Une grande année se profile

Une grande année se profile Les campagnes primeurs se suivent et se ressemblent à Bordeaux ; alors que l’on constate une régularité qualitative année après année, avec des différences propres aux millésimes au travers de leurs atouts et leurs contraintes, le millésime 2019 relève le difficile défi de succéder à 2018. Il n’échappera pas à la comparaison, même si la climatologie et les difficultés rencontrées lors de ces deux années sont bien différentes. Il doit également relever le défi des primeurs… en plein confinement.  
 
Ce qu’il faut retenir, se résume au titre de ce paragraphe : Bordeaux 2019, c’est une grande année qui se profile. Pourquoi ? Parce qu’il y a de bons à très grands vins, partout. Que ce soit rouge ou blanc, sec ou doux. Ne nous méprenons pas, je n’utilise pas l’adjectif « exceptionnel », je parle « juste » d’une grande année et ça c’est déjà un très bon point. Il y a donc de quoi se réjouir… au moins ça ! 
 
Le marché, la demande, les clients, réclament des vins frais, digestes, équilibrés, désaltérants, racés, etc. Et bien ils vont être comblés ! Cette phrase n’a pas la prétention de résumer le style des 2019 à elle seule, mais elle révèle une tendance que j’ai pu observer en dégustant les vins de ce millésime. 

Les notes disponibles

vigneron

Les notes d'Yves Beck ICI

Le climat

Le climat de 2019 (par Jacques Guinaudeau, Lafleur, Pomerol) Il y a quelques années, nous aurions parlé d’un climat atypique pour le climat du millésime 2019. Il faut se rendre à l’évidence : C’est aujourd’hui un climat qui devient habituel ! Les climats de ces quatre dernières années sont assez similaires avec :  
 
• Une quasi absence d’hiver,  
• Une grande précocité printanière,  
• Des étés chauds et très secs.  
 
Le climat de l’année 2019, s’est construit autour de séquences climatiques marquées. L’hiver et le mois de février sont particulièrement doux ; les sols sont chauds et le débourrement est précoce. Le mois de mai est un peu plus frais. La floraison est homogène. Les mois de juin et juillet sont très chauds avec une double canicule, fin juin puis fin juillet. La contrainte hydrique s’installe durablement. Bien que le mois d’aout soit un peu plus frais, nous vivons avec le millésime 2019, l’été le plus chaud de ces 30 dernières années. 
 

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.